Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil

Jean-Paul Sermonte est né à Ajaccio (Corse)


Une enfance toute empreinte de l'azur méditerranéen, troublée, à 11 ans, par une paralysie des membres inférieurs qui le contraint à séjourner successivement dans un centre de rhumatologie à Aix-en-Provence puis à Luri (Cap-Corse) durant trois ans dans une maison d'enfants à vocation sanitaire.


Le jeune Sermonte subit impérativement le charme des lieux. De fait, il s'agit d'un véritable coups de foudre et peu importent alors les causes de son exil ; privilège de l'enfance : ce qui parle à son âme les lui fait oublier. Quelles correspondances intimes cette nature tourmentée sut-elle partager pour s'allier ainsi la solitude de l'enfant ?


Dans cette région à contrastes tantôt prisonnière des brouillards, tantôt éblouie par la splendeur des soleils couchants ; la maison ; un vieux couvent, plus haute demeure du Cap-Corse au pied d'un immense rocher surplombé d'une tour, la fameuse tour de Séneque. Pour ce lieu, cette maison et cette tour « quand je serai grand, je reviendrai » ne cesse-t-il d'affirmer à ses compagnons d'alors.


Entre-temps, il découvre Brassens et à travers lui, les poètes. Il en entend pour la première fois "Le petit cheval" de Paul Fort. De cette rencontre jaillit l'étincelle qui le guidera vers la poésie. Il écrit ses premiers textes. Il a douze ans. Sont nés un amour et une passion qui ne se démentiront pas. Brassens et la poésie l'accompagneront désormais tout au long de sa vie.

 

A quinze ans, le voici de retour à Ajaccio où il termine ses études. Il est encore cet adolescent nostalgique enfermé dans la solitude de l'écriture lorsqu'on le nomme responsable d'un mouvement de jeunesse (JOC). Cette activité épanouira sa personnalité.


Ses textes circulent confidentiellement tout d'abord, puis, trouvant écho chez les jeunes de l'association, suscitent, des demandes. C'est alors que la poésie lui devient ouverture et partage, il publie ses premiers ouvrages qui seront tout de suite favorablement accueillis. Quatre années se sont écoulées depuis la parution de ses premiers recueils. Il a vingt ans. Incidemment, le destin le rappelle au passé. N'avait-il pas affirmé lui-même son retour à Luri ? L'avenir déjà se précipite qui lui fait accomplir son ancienne promesse. La maison d'enfants pour laquelle il doit s'occuper d'une colonie de vacances le temps d'un été, le retiendra... Sept ans ! La tour, murée dans son secret, l'intrigue toujours. Pourtant, c'est un regard d'adulte qu'il pose sur elle aujourd'hui. Ce pressentiment dont il avait fait part à ses petits camarades ne l'a pas quitté. L'intuition à présent, explore la logique de possibles découvertes. Tour à tour moniteur, éducateur spécialisé, puis directeur de la maison, c'est aux enfants qu'il offre de réaliser sont rêve. Sous sa direction, des fouilles archéologiques, vont être entreprises, mettant à jours les vestiges de civilisations anciennes (plus de 80 000 tessons de céramiques !).Un véritable trésor.


Il crée le musée Sénèque du nom du philosophe romain exilé en Corse et les lieux se révèlent alors dans toute leur dimension historique. Article de presse, émissions de télévision, thèses : l'endroit devient célèbre. Pour les enfants enthousiasmés par l'aventure de l'archéologie, c'est la légende qui s'en empare.


Jean-Paul Sermonte enregistre plusieurs disque et continue d'écrire. Des noms illustres cautionnent ses livres : Guy Béart, Alain Decaux, Lino Ventura, Yves Duteil, Léo Ferré…

Parmi ses contes et recueils de poètes, Les trois contes reçoivent Le Grand Prix du Conte pour enfants. Poèmes amoureux Prix Paul Verlaine confirment son succès par une troisième édition, soit 6000 exemplaires.


Sa poésie lui confère bientôt une forme d'engagement social : Amnesty International publie sous forme de poster un de ses textes Le poète qui sera édité à près de 10 000 exemplaires. 1984 marque un tournant décisif dans sa vie. Il met un point final à ses « vies parallèles » et choisit de se consacrer uniquement à l'écriture. Il quitte sont île natale et s'installe à Paris. Durant six années, il anime une émission radiophonique spécialisée dans la chanson. Il fonde Les Amis de Georges un journal consacré à G. Brassens et parcours la France se partageant entre des conférences et des récitals de poésie. L'écriture prend une dimension nouvelle. Ses biographies de Félix Leclerc, Brassens et Gilles Vigneault font autorité désormais. Il ne délaisse pas pour autant les contes pour enfants : dix-sept contes seront regroupés dans un ouvrage intitulé Les chemins irréels.


Un récit autobiographique paraîtra également sous le titre La fiancée des cieux, qui retracera l'histoire de Pascale, sa compagne décédée, ce livre dévoilera de nouveaux aspects de la personnalité de Jean-Paul Sermonte et notamment un profond intérêt pour des sujets d'ordre spirituels.


Mais toute la sensibilité et le talent de l'auteur illuminent deux ouvrages très particuliers qui figurent le point d'orgue de sa création artistique : La 9ème heure et La voix du vent. Jean-Paul Sermonte garde toutefois à la poésie une place privilégiée notamment avec Le sangs des éclairs, sublime recueil de poèmes qui exaltent les innombrables nuances de l'amour.

J. Darroman

Accueil - Actualité - L'oeuvre - Image d'une oeuvre - Biographie

Jean-Paul Sermonte vu par - Contacts